Discurso da Ministra Adjunta e da Saúde na 66ª Assembleia Mundial da Saúde 20 a 28 de Maio de 2013, Genebra.                     

  

66 ème Assemblée mondiale de la Santé

Débat général

Intervention du Cap-Vert

Prononcée par Son Excellence Madame Cristina Fontes,

Ministre adjoint au Premier Ministre, Ministre de la Santé

Monsieur le Président,

Madame la Directrice générale,

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ministres,

Distingués délégués,

Mesdames et Messieurs,

Il est avec un intérêt chaque fois renouvelé que le Cap-Vert participe dans les travaux annuels de l’Assemblée mondiale de la Santé, instance qui offre à nos pays une opportunité privilégiée pour apprécier collectivement l’état de la santé dans le monde, et dans nos pays et régions, et essayer d’y apporter des orientations d’action.

Nous voulons féliciter et remercier Madame la Directrice générale et son équipe pour la qualité des documents mis à notre disposition en vue d’illuminer nos discussions.  

Le Cap Vert est un petit pays archipélagique habité d’une grande ambition de poursuivre le bien-être et le bonheur de sa population. Pour ce faire, depuis son émergence comme état indépendant en 1975 le pays a investi de manière soutenue dans la santé, ainsi que dans l’éducation d’ailleurs.

En effet, les politiques publiques en matière de santé ont été constamment guidées par le but d’assurer l’universalité et équité des prestations des soins de santé, et ont été accompagnées d’interventions structurantes pour insérer dans les solutions les déterminants sociaux qui conditionnent notamment, la pauvreté et les inégalités sociales, aussi bien que le genre.

Les progrès ainsi enregistrés sont très substantiels. Les gains placent le Cap-Vert en bonne position pour atteindre en 2015 les objectifs du millénaire liés à la santé, entre autres. Et ces avances se comptent parmi les facteurs déterminants de la sortie du Cap-Vert de la catégorie des PMA intervenue en fin 2007.


Mais nous n’avons pas le temps de célébrer ces avances, car ils nous ont déjà conduit à des nouveaux défis et problèmes, dont le double fardeau qui consiste dans le besoin de consolider la lutte contre les maladies transmissibles et  en même temps faire face à l'augmentation du poids et des coûts des maladies non transmissibles, liées à l'augmentation de l'espérance de vie.

Bien entendu, nous devons consolider les gains et trouver des réponses aux situations émergentes, dans une ambiance de ressources limitées. Nous devons, pour ainsi dire, jeter un regard urgent et attentif sur de nouvelles stratégies adaptées aux exigences de l’état de développement du pays en général et de sa situation sanitaire en particulier.

Même si le nombre de décès maternels s’est sensiblement réduit, il continue d’être une préoccupation. Maintenir la couverture vaccinale des enfants de moins de 5 ans constitue plus qu’une obligation, c’est un devoir moral. Dans ce cadre, la graduation du Cap-Vert, a fait en sorte que nous devons désormais compter essentiellement avec ses propres ressources, ce qui nous pose une difficulté supplémentaire énorme.

Malgré le fait que nous soyons bien positionnés par rapport à la survie de nos enfants, nous devons accorder davantage d’attention à la qualité des soins livrés, que ce soit au niveau du prénatal, que ce soit au niveau de l’assistance à l’accouchement, vu que l’on veut continuer à faire baisser le taux de mortalité périnatal . Et il est évident que pour cela des investissements beaucoup plus lourds en équipements et en formation des ressources humaines sont indispensables...

Ainsi, et par imposition de la situation de transition épidémiologique bien avancée que connait le Cap-Vert, son système de santé devra continuer à mettre l’accent sur le renforcement de l' attention PRIMAIRE de santé de qualité, en passant par le développement de la médicine générale et familiale avec des composants de continuité et allongés sur le temps, en vue de permettre de suivre le patient  pendant toute sa vie.

Monsieur le Président,

Nous sommes d'accord que dans les 1000 jours qui suivront jusqu’à 2015 nous devrons tous accélérer la mise en oeuvre des bonnes pratiques qui peuvent nous conduire à un meilleur bilan des ODM que nous nous sommes donnés comme programme.

Nous sommes aussi d'accord que les objectifs de développement pour l’après 2015 doivent maintenir la santé au centre des priorités et la couverture universelle comme le plus fort concept.

Puisse l' OMS continuer à être l'organisation centrale pour la santé dans le monde, et qu' elle puisse nous appuyer dans la recherche des solutions et des instruments adéquats, ainsi que des systèmes de financement  innovateurs dont nous avons besoin dans ces temps de difficultés mais encore, et toujours, d'espoir ...

Puisse notre génération accomplir le programme de développement avec l’inclusion social dont le President de Groupe de la Banque Mondiale nous a fait ici, hier le plaidoyer !


Le Cap Vert continuera à travailler dans cette direction!

Merci de votre attention

 
 
Ministério da Saúde
Palácio do Governo - C.P nº 47
Cidade da Praia
Ilha de Santiago - Cabo Verde
Direitos de autor © 2022 Ministerio da Saúde. Todos os direitos reservados.